eter(e)o

C'est en collaboration avec Spazio 1B que Pride 2018 - Lugano a l'honneur de présenter eter(e)o. Le concours, ouvert à tous les artistes de plus de 18 ans, invite les participants à se confronter avec le thème de l'identité sexuelle.

Les œuvres sélectionnées seront présentées dans une exposition organisée dans les locaux de Spazio 1B à Lugano, elle sera inaugurée le 30 mai 2018 à l'occasion de la Semaine de la Pride. L’emplacement particulier qui donne sur la promenade du lac obligera les passants à s’interroger sur le thème de l'identité jusqu'au 30 septembre 2018.

Ici le règlement du concours et le formulaire de participation délai pour l'inscription: 28 février 2018.

eter(e)o

Depuis le 400 a.C. Platon déjà s'interrogeait, dans le Sumposion, sur la question de l'identité sur les éléments masculins et féminins présents dans chaque être humain.

Il existe un besoin profond des êtres humains de mieux comprendre cette composante de la personnalité qui, à première vue, peut sembler simple dans sa division polarisée mâle –femme, mais qui, au contraire, à la lumière d'un examen plus approfondi et détaillé, met en évidence confusion et ambiguïté. La sexualité ne peut pas être considérée comme étant une entité à part entière, mais doit être insérée dans le contexte global (biopsychosociale) de la personnalité, comme cela a été démontré par la psychanalyse qui, à travers la découverte de son origine dans l'enfance (Freud), a d'un côté souligné la signification centrale de la sexualité pour le développement humain, et de l'autre a démontré les rapports entre troubles de la sexualité et sexualité "normale". L'identité sexuelle est constituée de quatre éléments distincts: le sexe biologique, l'identité de genre, le rôle du gendre et l'orientation sexuelle. L'identité de genre est un des éléments fondamentaux du processus de construction de l'identité sexuelle et personnelle; il s'agit d'un processus dynamique, malléable, négociable, influencé par la culture à laquelle on appartient, qui détermine la façon dont on voit soi-même en relation avec la société. L'art a le devoir d'expérimenter de nouvelles frontières et langages de communication, libres de la contrainte de la définition absolue et avec la tâche de de stimuler à plusieurs niveaux la perception de celui qui en jouit. Il appartient à nous tous, artistes et spectateurs, de créer de nouvelles frontières, en franchissant et détruisant ces dernières, et les préjudices.

Vers la liberté de pensée et la pureté d'âme. De quelle façon voyons-nous nous-mêmes?